Queneau et le cinéma

Queneau et le cinéma

Marie-claude Cherqui

Jean-Michel Place

Tout le monde connaît la bobine de la petite Catherine Demongeot, la Zazie de Raymond Queneau par Louis Malle, et celle aussi de Philippe Noiret en tonton Gabriel. Et pour beaucoup encore, ils sont le cinéma de Queneau ou Queneau au cinéma. Ce film impertinent comme ses auteurs, cache, pour le créateur de ces personnages une relation passionnée au cinéma. Passion entretenue comme cinéphile et comme professionnel tout au long de sa vie, depuis ses premières listes de films vus, alors qu'il n'a que treize ans. Afin d'oublier les guerres familiale ou mondiale, son père l'entraîne alors dans les salles du Havre, la Ville Natale, « voir se multiplier les tours de manivelle ». Après, ce sera Paris, le Surréalisme, les salles de quartiers et des grands boulevards, le grand cinéma muet, puis les premières tentatives scénaristiques, les premiers textes à la gloire d'un art neuf et aux Bathing Beauties qui le peuplent. Et ensuite, la mise en vers et en prose du « cintième art », la critique, les adaptations, l'écriture de scénarios, les commentaires de films, les dialogues, les jurys, les festivals, maudits ou pas, les rencontres avec les personnalités les plus diverses, de Pierre Kast à Orson Welles.

Parution: 
Janvier, 2017
Nombre de pages: 
128
Prix indicatif: 
10